Rechercher
  • valer les couleuvres

«…L’art de nous faire avaler des couleuvres… !!!

Comme en 2015, le ton est donné.

Notre édile n’est responsable de rien dans les choix budgétaires qu’il a échafaudé.

Il les fait sous la contrainte.

C’est du moins ce qu’il affirme dans la lettre qu’il a dressé à tous les foyers .

Nous avons du mal à croire, qu’élu politique à Bordeaux et à Saint Médard, il n’ait pas compris ce que signifiait l’application de la règle d’or décidé par Sarkozy et Merkel pour les collectivités territoriales, qu’il ne mesurait pas l’impact sévère du transfert de compétence sur les finances locales étant donné que nous n’avons cessé de le rappeler lors de notre campagne des municipales.

Pourtant le 4 décembre le conseil municipal a voté ce transfert sans sourciller. Il est à noter que le Maire nous annonçait en 2015 une perte sèche de près de 9 millions pour Saint Médard d’ici 2017 du fait de la baisse des dotations de l’Etat.

Pour y faire face, il invente, du moins son communicant, le concept de « rigueur intelligente ».

Ce sont en premier les personnels qui font les frais de la mise en place de ce concept par celui qui n’a pas hésité à augmenter ses indemnités de premier magistrat, mais également les administrés par la flambée des tarifs (piscine, médiathèque, cimetière, temps d’activité périscolaire). Curieusement cette baisse de ressources financières estimée à 9 millions d’euros à l’horizon 2017 se trouve ramenée à 5,4millions dans la présentation du budget 2016.

Vous savez, les 27 points de fiscalité dont il nous a épargné le supplice en augmentant de 5,6% les impôts locaux ne l’exonère pas de nous dire combien de points de fiscalité cela représente .

Mais peu importe en fait le cache-sexe des chiffres. La réalité est beaucoup moins absconse. L’agitation remplace les investissements lourds nécessaires au développement à long terme de notre commune. Ce ne sont pas la maintenance obligatoire et la mise en conformité de bâtiments publics qui peuvent grever un budget, ni la pression sur les personnels.

Par contre c’est la fête à tous les étages : manifestations, protocoles, vernissages et actions de communication, tous à la Maison de l’ingénieur.

On se croirait sous Louis XV !!!!!!

Les seuls qui ne sont pas de la fête mais qui absorbent ce surplus de travail, ce sont les salariés qui ne sortent pas les cotillons mais des tracts de revendications.

Dans un souci d’économie, la chasse au gaspi dans les assiettes des mômes est ouverte ! (comptons les grains de riz…) espérons que la rigueur intelligente n’obligera pas le personnel à travailler à la bougie, que les véhicules municipaux ne seront pas équipés de voiles comme il en affublait le fantasque tram sur pneus de Lamaison !

Pourquoi nous vendre avec insistance un aménagement de la place de la République en bon état et qui semble satisfaire la population et dont l’utilité est contestée par les commerçants ? Mystère !!!!!

La capacité à dilapider l’argent public au moment où on développe la culture de la rigueur au prétexte que la place ne correspondrait plus au dynamisme commercial de celle-ci nous apparait infantile, comme si il suffisait de planter quatre arbres pour faire diminuer le chômage, la misère grandissante (au point qu’il augmente légèrement, n’exagérons pas, la dotation du CCAS) d’améliorer les conditions de vie de nos concitoyens pour un réel vivre- ensemble !

Serions-nous confrontés à la couteuse mégalomanie qui frappe les édiles dès qu’il s’agit de laisser leur trace dans la ville qu’ils viennent de conquérir, et localement, de satisfaire l’appétit des bétonneurs qu’il blâmait auparavant ?

Et la rue Victor Hugo qui n’en finit pas d’attendre la fin de son aménagement au grand dam des riverains ?

Et le carrefour de La Vierge, totalement inadapté au trafic ? Sans compter la partie qui va de l’Eglise vers le carrefour de La Vierge…A l’époque de la « rénovation » du centre-ville voilà maintenant un peu plus de 10 ans ( place de la république comprise) M. José CONTE élue PCF, dans une intervention en conseil municipal s’offusquait que cette portion de la ville ne fasse pas partie intégrante de ces travaux… « ça viendra plus tard ! » fut la réponse.

Et le chevreuil alors ? (mort depuis) dont le maire s’était entiché pendant la campagne des municipales aura eu l’avantage ne pas avoir vu son habitat détruit pour devenir un espace résidentiel en centre-ville. Ça l’aurait peiné la pauvre bête !!!!!

Restons sérieux !

La baisse des dotations n’est pas une fatalité et ne doit pas devenir l’argument fourre- tout pour justifier l’application d’une politique de rigueur dont l’intelligence se limite à faire payer aux employés municipaux et aux administrés la gabegie des choix politiques et de gestion et à livrer progressivement les activités municipales au privé.

Nous attendons des élus qu’ils lancent une bataille ardue pour l’obtention d’un moratoire sur la baisse des dotations afin de nous éviter de couper les grains de riz en deux en 2017.

La galéjade n’est pas une spécialité du midi.

D’après le Maire tout ce qui circulerait sur son projet relèverait de documents qui ne correspondraient à rien. Ce ne serait que fantasme et manipulation !!!

Ne pas vouloir répondre aux interrogations des habitants et des commerçants relève de la dérobade.

RETRAIT de la LOI TRAVAIL !

Journée de grève et manifestations dans toute la France

Rendez-vous MARDI 17 mai à 12 h Place de la République


2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Gratuité des masques

COVID19 : la protection de la santé est une obligation constitutionnelle. Alors que le confinement venait d’être suspendu, les autorités, suivant en cela les professionnels de santé, imposent le port

Gratuité des masques

COVID19 : la protection de la santé est une obligation constitutionnelle. Alors que le confinement venait d’être suspendu, les autorités, suivant en cela les professionnels de santé, imposent le port

© 2023 Tendances Entreprises. Créé avec Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now