Rechercher
  • jean-pierreconte32

L'illusion sécuritaire

Abasourdi, c’est le moins que l’on puisse être, par le ton alarmiste utilisé par Mr Mangon (qui se défend d’être un shérif dans l’âme) pour justifier l’armement de la police municipale et dans le même temps modifier les missions de celle-ci.

« Si la police se contente de mission de proximité on peut en faire l’économie. En revanche si on lui confie des missions de surveillance et de maintien de l’ordre, alors la police municipale doit avoir les moyens d’être efficace. L’expérience prouve que la présence d’un agent en position de répliquer permet d’éviter qu’une situation empire ou de limiter une action terroriste » déclare t-il !!!!!!!

n A Saint Médard en Jalles, la criminalité a-t-elle augmentée de manière significative ?

n La Gendarmerie Nationale serait-elle complètement dans les choux ?

n Des individus suspects roderaient ils dans notre ville ?

n De quoi serions-nous menacés pour nous expliquer cette stratégie du pire ?

Réponse du chef des policiers Saint-Médardais : « les armes sont des protections individuelles. Lorsque nous protégeons des manifestations sur le domaine public, il est nécessaire de permettre à l’agent de se protéger lui-même, d’avoir les moyens de le faire en toute sécurité. La défense doit toujours être proportionnelle à l’attaque »

Argumentation première des défenseurs du port d’arme aux USA avec tous les dégâts collatéraux constatés.

Les données suivantes datant de 2012 sur le taux de criminalité à St Médard et ses environs demandent un peu de retenue :

Vol violent sans arme à feu : 1,4% Vol à main armée : 0,00% criminalité organisée : 0,15%.

Seuls les vols et dégradations : 71,27% font taches dans ce tableau.

Certes le risque zéro n’existe pas mais les faits divers d’antan situés en dernière page des feuilles de choux font la une des télés, radios et journaux d’aujourd’hui .

La psychose sécuritaire entretenue pour faire oublier le reste nous gagnerait-elle au point d’armer la police municipale et d’installer des caméras au centre-ville ?

La Cour des Comptes d’après la gazette des communes s’interrogeait dès 2011 sur le rôle grandissant de la police municipale et fustigeait l’absence d’étude fiable pour la très couteuse vidéo surveillance de la voie publique.

Elle constatait l’augmentation de la police municipale payée par les impôts locaux de 35% entre 2002 et 2010 au détriment de la police nationale -5%.

Après avoir estimé onéreuse et dénuée d’évaluation rigoureuse l’efficacité de la vidéo surveillance sur la voie publique, elle concluait à une lacune dommageable notamment au regard du montant des dépenses publiques engagées.

Se référant aux études menées à l’étranger par le sociologue Tanguy Le Goff, il s’avère qu’elles ne permettent pas globalement de conclure à l’efficacité de la vidéo surveillance sur la voie publique.

Le drame de Nice, la ville la plus surveillée de France, la récente agression des policiers à Viry- Châtillon, affectés à la surveillance des caméras, abondent malheureusement dans ce sens.

L’émotionnel médiatique et politique est mauvaise conseillère. Son utilisation irraisonnée est dangereuse quant à la cohésion sociale.

A notre connaissance, St Médard n’est pas un territoire de la République en décrochage, motivant un tel emballement sécuritaire.

Il ne s’agit aucunement de justifier tout acte injustifiable, mais force est de constater qu’au gré d’une société inégalitaire, d’une éducation à la dérive par manque de moyens et d’ambition et d’un monde où seul est glorifié le culte du fric à tout prix, où être un battant, un gagnant, c’est écraser l’autre, faire le choix du tout répressif et du tout sécuritaire est voué à l’échec.

La prévention, l’éducation doivent avoir un rôle prépondérant pour éviter toute dérive vers une société de violence.

C’est plus long, c’est plus dur culturellement mais c’est indispensable.

Or, l’acte premier de Mr Mangon, sous prétexte que cela coûtait cher a été de supprimer brutalement la subvention à l’Association Laïque Le Prado avec Tépacap qui se donnait comme objectif de s’occuper de la médiation en particulier avec les jeunes et les familles en difficultés dans tous les quartiers de St Médard pour maintenir et développer le lien et la paix sociale ,d’intervenir dans les écoles, les collèges et les lycées avec les gendarmes dans le cadre de la prévention etc.…..

De plus, limiter le champ des caméras au centre-ville n’est pas sans soulever question sur son aménagement et les opérations immobilières qui se profilent. Va-t-on vers un ilot sécurisé ? S’agit-il d’une opération marketing pour attirer une nouvelle population, bref de vendre un cadre de vie sécurisé en complément du tram ?

Quoi qu’il en soit, comme la municipalité ne peut pas dépenser deux fois le même argent (Taxe foncière et d’habitation environ + 200 euros en moyenne) ce type d’investissement sécuritaire ne nous semble pas être ni urgent ni prioritaire lors qu’on a inscrit le budget municipal sous la contrainte de la « rigueur intelligente ».

Nombre de quartiers font les frais de cette contrainte : absence d’éclairage public dans certains quartiers depuis des mois, (bonjour la sécurité !!!!),insuffisance d’employés municipaux pour assurer leurs missions de service public, augmentation des prestations municipales, prise en charge par la ville de la présence postale en lieu et place de l’opérateur La Poste etc.…..

En gros cela ne peut plus durer

Tout ce qui relève de l’Etat (les pouvoirs régaliens : Police, Justice et Education Nationale) doit rester de son domaine et les Municipalités n’ont pas à s’y substituer (sinon, quid de notre Gendarmerie à St Médard pour laquelle nous avons, par nos impôts locaux, participé au financement de leur nouvelle implantation ?)

Mr Mangon est apparu, lors de sa campagne électorale comme un brave homme dénué de toute ambition, à l’écoute des gens et consensuel.

Petit à petit, il dévoile quelques pans de son véritable projet : ségrégatif et sécuritaire en privilégiant le centre-ville au détriment des quartiers.


2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Gratuité des masques

COVID19 : la protection de la santé est une obligation constitutionnelle. Alors que le confinement venait d’être suspendu, les autorités, suivant en cela les professionnels de santé, imposent le port

Gratuité des masques

COVID19 : la protection de la santé est une obligation constitutionnelle. Alors que le confinement venait d’être suspendu, les autorités, suivant en cela les professionnels de santé, imposent le port

© 2023 Tendances Entreprises. Créé avec Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now