Rechercher
  • jean-pierreconte32

La filière bois : ça sent le sapin...

Pour 86%des salariés et 70% des chômeurs la question de l’emploi n’a pas été traitée lors du premier débat pour le primaire de la droite et du centre (sondage QAPA) ce qui est révélateur du décalage si ce n’est du cynisme de nos politiques par rapport aux aspirations de la société, dans sa majorité, augurant mal d’une volonté de relance industrielle française.

La filière bois, son industrie sont la preuve de l’absurdité de la gestion de notre patrimoine forestier qui couvre près d’un tiers de notre territoire, d’un déclassement de l’appareil productif occasionné par l’avidité financière dans sa recherche du profit immédiat.

Les scieries, pierre angulaire de l’alimentation de l’industrie du bois, ferment les unes après les autres au prétexte éculé de non-rentabilité.

Les fabricants français de meubles, parquets, cuisines et huisseries de fait s’approvisionnent en bois transformés auprès des scieries étrangères et ce à des prix plus élevés déplorent les professionnels.

La cupidité de nos Harpagons du bois les a conduits à céder aux offres d’achats de grumes (troncs abattus et ébranchés) de la Chine 20 à 30% de plus que le marché hexagonal.

Conséquence : Nous importons les produits finis de Chine (panneaux, meubles etc.…), alors que nous lui exportons la matière première, d’où un déséquilibre de la balance commerciale en notre défaveur.

Le doublement du déficit de la filière bois en 10 ans est le plus gros poste, après les hydrocarbures, du déficit commercial français. !!!!!!!

Il ne subsiste en France que 15 usines de panneaux de particules dont 4 dans les Landes.

La liquidation judiciaire de l’usine DARBO à Linxe (44 576900 euros de chiffre d’affaire en 2014 et une des dernières entreprises) vient compléter la longue liste des sacrifiés sur l’autel du capitalisme financier.

Reprise par un fond d’investissement germano-suisse GRAMAX en 2015 avec la promesse d’investir 11,4 millions d’euros sur 2 ans dans l’achat de nouveaux matériels pour accroitre la compétitivité et recruter une vingtaine de salariés , cela se solde par la fermeture de l’entreprise. La façade soit disant pleine d’un avenir radieux, s’avère une planche pourrie par la vermine capitaliste.

Mr Rousset, tel le corbeau de la fable de La Fontaine, phénix de l’essor industriel de la Nouvelle Aquitaine, après avoir donné un gros fromage de 550000 euros avec son compère du département, s’en trouva fort marri , cria à l’escroquerie, à la spoliation et parla de procès.

Morale : « Tout flatteur vit au dépens de celui qui l’écoute » argua le renard des fonds de pensions.

Sauf qu’il s’agit de fonds publics, de leur contrôle, des obligations des entreprises donc quid ? L’émotion passée, il ne reste qu’un affaiblissement industriel et de l’argent public parti en fumée.

Depuis des années , nous proposons la tenue d’une conférence régionale réunissant les acteurs socio-économiques et institutionnels qui à partir du recensement des besoins, devront définir des objectifs sociaux chiffrés de recul effectif du chômage, de création ou de transformation d’emplois précaires en emplois stables ,de mise en formation des salariés. Tout autre chose est d’attribuer des aides aux entreprises et de les présenter comme l’alpha et l’oméga du développement de la région, dès lors qu’un quelconque repreneur prétend préserver l’emploi.

Soutenir la filière bois passe :

l par la taxation de la spéculation sur les grumes au profit du développement de circuit court.

l par la mise en place de critères environnementaux garantissant la qualité des produits et favorisant la pérennisation du tissu industriel.

l par l’émergence de forme de propriété nouvelle notamment la création de sociétés coopératives d’intérêt collectif permettant d’associer salariés, usagers et collectivités territoriales dans des projets bannissant le profit privé.

La relance du gemmage des pins pour répondre aux besoins de plus en plus criants de l’industrie chimique européenne est un facteur à ne pas négliger.

L’économie sociale et solidaire doit permettre d’extraire de la phase anecdotique le développement de cette activité, d’expérimenter le concept de sécurité-emploi-formation que nous avons déjà traité dans l’Expression du 24 /09/2016(à relire sur notre site jallesmedoc-pcf.org).

Il s’agit d’amplifier également la recherche pour de nouveaux débouchés comme nous le proposions pendant la campagne des municipales avec une déconcentration universitaire à Saint Médard dédiée à cette filière.

Pour préserver le massif forestier de notre région, il est nécessaire également de redéfinir le rôle de l’ONF que le contrat de plan avec l’Etat pousse à brader une partie de ses espaces domaniaux (dans le cadre de la rigueur budgétaire), sous l’œil vorace des loups de la finance.


7 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Gratuité des masques

COVID19 : la protection de la santé est une obligation constitutionnelle. Alors que le confinement venait d’être suspendu, les autorités, suivant en cela les professionnels de santé, imposent le port

Gratuité des masques

COVID19 : la protection de la santé est une obligation constitutionnelle. Alors que le confinement venait d’être suspendu, les autorités, suivant en cela les professionnels de santé, imposent le port

© 2023 Tendances Entreprises. Créé avec Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now