Rechercher
  • jean-pierreconte32

La vérité si je mens...

La concertation publique sur l’extension du réseau du tram tombe à bon escient à la fin d’un épisode de pic de pollution par la concentration de particules fines.

Ce pic a fait tousser jusqu’à deux tiers du pays et n’a pas épargné la Gironde.

Cela devrait interpeller les élus et être au centre de leurs préoccupations. L’impact de la pollution est connu depuis les années 80. D’une région à l’autre il présente un profil très différent.

En hiver ce sont les particules fines liées au trafic routier et au chauffage résidentiel, au printemps, c’est l’épandage agricole et les pollens, l’été c’est la pollution à l’ozone. Le type de pollution rythme désormais les saisons.

Doit-on s’habituer à cet état de fait : aux pics de pollution, aux « mesurettes » type circulation alternée, vignette sélective qui pénalisent les plus pauvres et les salariés dont l’écrasante majorité, faute de mieux, ont recours à la voiture pour aller travailler ou reporter le trafic passager et fret de la route au rail ?

En ce début du 21ème siècle, force est de constater que cela n’a pas l’air d’effleurer l’esprit de nos caciques métropolitains, nous pataugeons dans la tambouille politicienne dans laquelle l’intérêt général se dissout dans l’égocentrisme élitaire mue par leurs choix de « rigueur budgétaire ».

Dans les nouvelles du tram, bulletin de propagande du maire, celui-ci récite son bréviaire et donne l’impression de chercher à convaincre la population du bien fondé de ses propositions qu’il prétend par ailleurs acquises à sa cause.

Ceci relève d’un comportement de VRP voulant placer un produit dont la finalité ne répond en rien aux préoccupations de ceux qu’il vise.

Malheureusement la faiblesse de son dossier réside dans l’impact plus que limité (au centre-ville) de son argumentation : le respect de notre environnement, des générations futures, la mobilité propre de demain pour réduire la pollution.

En effet 58% des déplacements sont de très courte distance. De fait pour prendre le tram Mangon, les habitants des quartiers ouest utiliseront leur véhicule au minimum deux fois par jour. Et que dire de la population de Salaunes, Saint -Hélène etc. jusqu’à Lacanau et leurs quatre mille véhicules /jour qui ne pourront participer à la mobilité propre recherchée de demain et à la réduction de la pollution, d’autant que la ville- citadelle Bordeaux devient de moins en moins accessible aux véhicules extérieures.

La délibération du 2 décembre (triste souvenir en 1851) du conseil de Bordeaux Métropole vise à l’amélioration de la desserte de ST Médard en Jalles par l’extension du réseau tram mais il est spécifié dans celle-ci selon « différents tracés prolongeant la ligne D depuis la station Cantinole à Eysines OU la ligne A depuis la station Rostand au Haillan.

Dans son bulletin le Maire de Saint Médard laisse entendre que ce sont les deux lignes qui vont être prolongées. C’est faux : c’est l’une ou l’autre.

Par contre la seule certitude c’est la compatibilité de l’un ou de l’autre tracé avec le projet immobilier prévu dans le cadre de l’aménagement du centre-ville entre la Municipalité( au travers de la fameuse « fabrique ») et la Métropole qui nous apparait morceau par morceau mais dont le flou artistique nous laisse présager des lendemains qui grincent .

Le tram est un produit d’appel pour un quartier à vendre.

L’urgence environnementale devrait tendre à promouvoir un moyen de transport moderne et efficace comme le tram – train pour relier les villes de l’ouest de Bordeaux à la Métropole en évitant la multiplication des parkings relais et pallier à l’encombrement stationnaire dont notre ville fera l’objet.

Cette option, nous la défendons depuis plus de dix ans. Elle a été validée par les experts conviés au colloque sur les transports de Mr Mangon, à son grand dam.

C’est d’autant plus regrettable que le Président du groupe communiste à la Métropole dont nous apprenons dans le bulletin municipal sur le tram qu’il a « un goût immodéré pour la démocratie citoyenne »n’ai pas fait sienne cette vertu cardinale localement en consultant ses « camarades » pour défendre ce projet .

Depuis également plus de dix ans nous demandons la mutualisation des différentes collectivités territoriales ayant compétence sur les transports, c’est donc avec un étonnement indicible que nous découvrons sur le site « Rue 89 Bordeaux » que la vice-présidente communiste de Bordeaux Métropole en charge des infrastructures routières et ferroviaires reprenne à la suite d’A Juppé et après dix ans de réflexions notre proposition d’un Syndicat commun des transports.

Lors de la campagne des élections municipales nous dénoncions la confiscation et la paralysie de la démocratie ainsi que la dévalorisation du rôle de l’élu à laquelle conduisait la Métropolisation. Après s’en être servi à notre détriment pendant des années, les élus, aujourd’hui dans l’opposition, en font à leur tour l’amère expérience !!!!

Avec la Métropolisation « le fait du prince » n’est plus une posture sectaire locale mais est un mode de gouvernance institutionnalisé.

Le tram- train Bordeaux Lacanau ne peut plus aujourd’hui être considéré comme une option c’est un impératif et une urgence sociale et sanitaire !!!

Ne laissons pas les potentats tournicoter avec leurs certitudes, prenons ensemble le tram-train Bordeaux-Lacanau pour un avenir respirable.


5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Gratuité des masques

COVID19 : la protection de la santé est une obligation constitutionnelle. Alors que le confinement venait d’être suspendu, les autorités, suivant en cela les professionnels de santé, imposent le port

Gratuité des masques

COVID19 : la protection de la santé est une obligation constitutionnelle. Alors que le confinement venait d’être suspendu, les autorités, suivant en cela les professionnels de santé, imposent le port

© 2023 Tendances Entreprises. Créé avec Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now