Rechercher
  • jean-pierreconte32

Cette industrie qu'on assassine!....

Cocorico !!!!

La production manufacturière (transformation des matières premières en produits finis) augmente « la plupart des indicateurs sont bien orientés ! » nous assurent péremptoirement les affidés du gouvernement.

Quand en est-il en réalité ?

Les chiffres inquiétants du commerce extérieur, 35 milliards de déficit au premier trimestre devrait calmer leur ardeur.

Ils révèlent que toute reprise d’activité se traduit par une montée des importations plus fortes que celle des exportations.

La cause en est, l’état de notre appareil productif dans l’impossibilité de répondre à la demande, sacrifiée sur l’autel des marchés financiers qui se trouve de ce fait de plus en plus dépendant de l’étranger.

Les « crises » successives générées par la recherche du taux le plus élevé possible du profit (faire le plus d’argent, le plus rapidement possible avec le moins d’investissement possible) a pour conséquence un effondrement de la production industrielle aujourd’hui inférieure de 12% à celui du début des années 1990.

Il suffirait que le pays soit confronté à nouveau à l’équation : crise sévère /reprise poussive, pour que son industrie soit définitivement exsangue.

En ces temps où pointe le défi de la transformation de notre modèle industriel avec les mutations écologiques, numériques, mais également démographiques de la construction de métropoles vivables dans le cadre d’une égalité territoriale.

Il serait complètement déraisonnable, voir criminel de laisser aux marchés financiers, le soin de réfléchir à notre place aux choix stratégiques industriels que l’on doit opérer.

Les Chantiers de l’Atlantique devenus Alsthom en 1976 sont passés, au fil d’opérations capitalistiques et financières sous contrôle du géant coréen STX. Sa filiale STXOSV propriétaire de dix chantiers en Norvège, de deux en Roumanie appartient désormais à l’italien Fincantieri. En acquérant les ex- Chantiers de l’Atlantique celui-ci devient le leader incontesté de la construction de paquebots et se débarrasse d’un concurrent direct à peu de frais y compris humains.

Cette opération inaugurant une nouvelle prédation financière et technologique au détriment du site français est défini par nos communicants gouvernementaux comme un « airbus de la navale », en réalité un sabotage de ce fleuron.

STX va rejoindre dans les eaux glacées du cimetière marin des industries perdues, Alcatel, Lafarge, TECHNIP, GMNS et tant d’autres……

On fait de nouveau appel à la sémantique pour justifier la vente par étagère de la branche énergie d’Alstom à l’Américain Général Electrique (- 500 emplois) et maintenant de la branche ferroviaire à Siemens au titre de l’ « Airbus ferroviaire » (combien d’emplois sacrifiés ?)

Localement les fusions- acquisitions se font tranquillement : SNPE qui change de nom toutes les cinq minutes et pourquoi pas dans cette logique Thales, Dassault, Ariane espace défense ? Personne n’est protégé, personne n’est à l’abri…

On peut passer du Big-Bang au Trou noir !!!!!

Quel festival !!!!!

Une telle situation ne serait pas advenue si les travailleurs n’étaient pas dépossédés de toutes décisions sur leurs propres productions. Par nature, ils ne sont pas suicidaires au point de liquider leurs entreprises. Ils auraient fait le choix de coopérations mettant en commun les savoirs faire des différentes entreprises à partir de participations croisées, de pouvoirs partagés.

Pour l’heure et quoi qu’on en dise, les salariés sont de plus en plus nombreux à crier leurs rancœurs leurs déceptions, leurs rages, devant ces gâchis industriels et humains inacceptables.

Mais quand montera la question, qui de notre point de vue ne saurait tarder car nous y travaillons avec eux, de disputer au capital et à la finance la gestion des entreprises pour donner un sens humaniste à une production sans capital, là ils auront des soucis à se faire.

Et, terminé le vocabulaire lénifiant et en même temps guerrier !!!!!!!!!

Place à l’humain d’abord.


2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Gratuité des masques

COVID19 : la protection de la santé est une obligation constitutionnelle. Alors que le confinement venait d’être suspendu, les autorités, suivant en cela les professionnels de santé, imposent le port

Gratuité des masques

COVID19 : la protection de la santé est une obligation constitutionnelle. Alors que le confinement venait d’être suspendu, les autorités, suivant en cela les professionnels de santé, imposent le port

© 2023 Tendances Entreprises. Créé avec Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now