Rechercher
  • jean-pierreconte32

La VIE n'a pas de PRIX....

C’est de cela dont il s’agit quand le sociologue Edgar Morin s’élève contre « la transformation de l’hôpital, service public en entreprise obéissant à la rentabilité et aux règles de gestion de l’économie privée qui a des effets déshumanisants de plus en plus néfastes pour les patients et le personnel soignant »

Les 1300 médecins hospitaliers de toutes disciplines signataires d’un courrier réclamant un moratoire sur les fermetures de lits, de services et le regroupement hospitaliers ne disent pas autre chose.

Le soutien à cette missive se répand partout même au-delà de l’hexagone. Face à ce cri d’alarme, Agnès Buzyn, étrange ministre de la santé en titre discourt dans les médias

sur « une crise de sens » dont souffrirait l’hôpital.

Cela peut paraitre complètement dingue !!!!Sauf si l’on considère que le but est, pour le pouvoir, de frapper sur tous les fronts : Hôpital, Ehpad, Justice, Ecole, Transports pour jouer de la sidération sociale.

Moins de moyens d’année en année ( moins de 11,4 milliards entre les gouvernances de Sarkozy et Macron) -3 ans- qui se concrétisent par des pressions insupportables sur les personnels, toutes catégories confondues : réorganisations du travail à la suite de fermetures de lits, suppressions de postes, précarisation accrue , disparitions d’hôpitaux ( R Piquet) et maternités de proximité en déléguant au privé les secteurs les plus rentables.

Dans le même temps, les besoins de santé augmentent pour répondre à la nécessaire croissance de la population, son heureux vieillissement, l’apparition concomitante de pathologies chroniques, à l’égalité d’accès de tous au progrès médical et scientifique.

Mais comment dans de telles conditions financières l’hôpital public peut-il faire face ?

Pourtant les établissements publics font chaque jour la preuve de leur utilité sociale, en accueillant la première vague de l’hiver des malades de la grippe !d’épidémie de rougeole ! Ainsi les urgentistes craquent, et qu’en sera-t-il si nous les laissons détourner l’hôpital public de ses missions ????

Ce dont a besoin la population dans sa diversité ce n’est pas de super-structures hospitalières mais d’hôpital public de proximité, travaillant en concertation avec les services spécialisés de recherche et d’enseignement, dans un parcours de soins intégrant une offre publique ambulatoire de centre de santé, des équipes en nombre suffisant ,bien formés, investis dans la prise en charge partagée et certainement pas dans le tout ambulatoire qui fermera 7 lits sur 10 d’ici 2020.

L’argent existe pour immédiatement refinancer les hôpitaux publics, il faut un plan d’urgence et une volonté d’inverser le cours des choses pour une Sécurité Sociale du 2Ième siècle qui comprend de vivre et de vieillir dans la dignité et le respect.

Depuis trop longtemps la vie de des retraités en perte d’autonomie est intolérable, leur parole confisquée ! Celle des personnels aussi !!!!!.

Comment accepter qu’un retraité(e) au motif de son âge et de ses moyens ne puisse accéder aux soins de spécialités ?

Dans les maisons de retraites ou à domicile, la précarité est massive, les conditions de travail sont extrêmement difficiles.

Là aussi les propositions existent, d’emplois statutaires, d’un grand service de santé de proximité de pôles publics départementaux de l’autonomie, d’un plan de formation pour tous les acteurs de la santé, d’un financement solidaire à 100% par la sécurité sociale pris sur les richesses produites par le travail, la suppression de la CSG et du reste à charge pour les familles.

C’est à l’aune de son engagement envers les plus faibles que l’on mesure le degré de civilisation d’un pays et non pas dans le classement dictatorial des banques d’affaire.

A la colère des personnels soignants qui seront dans la rue le 15 mars, se greffe la révolte des maires qui dans la Nièvre démissionnent en nombre pour sauver leur hôpital.

Notre système social de santé est notre bien commun et pour le sauvegarder un mouvement populaire fort est en train de naitre.

Alors le 15 mars apportons leur notre soutien en participant aux manifestations.

Puis faisons du

22 mars une riposte globale et massive à l’obsolescence programmée des services publics par Macron et sa clique.


1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Gratuité des masques

COVID19 : la protection de la santé est une obligation constitutionnelle. Alors que le confinement venait d’être suspendu, les autorités, suivant en cela les professionnels de santé, imposent le port

Gratuité des masques

COVID19 : la protection de la santé est une obligation constitutionnelle. Alors que le confinement venait d’être suspendu, les autorités, suivant en cela les professionnels de santé, imposent le port

© 2023 Tendances Entreprises. Créé avec Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now