Rechercher
  • jean-pierreconte32

Suffisance ploutocrate...

Il est souvent question de communautarisme dans les medias notamment religieux quand il s’agit de la jeunesse issue de l’immigration

Si ce phénomène est bien réel constate Jérôme Fourquet politologue : un autre phénomène menace la France : Les classes favorisées se sentent de moins en moins liées par un destin commun du reste de la collectivité nationale.

Un processus de séparation sociale qui concerne toute une partie de la frange supérieure de la société. Une sorte de petite noblesse plus au moins consciente ou plus au moins volontaire vit en autarcie selon celui-ci. Elle s’est progressivement coupée du reste de la population et construit un

entre soi confortable. Certes les quartiers bourgeois et les quartiers populaires ont toujours existés, ils se croisaient mais ne s’enfermaient pas.

Les couches populaires se sentent les oubliées de la République. Elles subissent l’exclusion sociale, la dégradation des services publics. Mais elles revendiquent leur appartenance à cette République et on ne les entend pas.

Tel n’est pas le cas de ces nouveaux riches, l’autarcie volontaire pour eux c’est s’extraire de la solidarité nationale parce qu’ils ont les moyens de leur autosuffisance alors pourquoi contribueraient ils aux services publics et à l’intérêt général ?

Cette philosophie on la retrouve dans les orientations du gouvernement et dans le discours de Macron dont ils sont l’émanation à l’Assemblée Nationale.

L’extrême centre macronien ne peut se départir d’une certaine parentalité avec la ploutocratie où le pouvoir appartient aux seuls riches.

Conforté, ce pouvoir nécessite d’inféoder le Parlement quitte à le réduire à une chambre d’enregistrement, or ce qui fait la force du Parlement c’est le débat d’idée autour de propositions plurielles. Un pas de plus vient d’être franchi vers l’absolutisme avec le travail en huis-clos des commissions parlementaires au détriment des séances publiques.

Macron entend aller plus loin avec sa réforme constitutionnelle dans laquelle le temps de délibération des parlementaires sera diminué et le poids de l’exécutif sera accru. Une situation aggravée et un prolongement à l’indifférence au sort de la majorité modeste de la population que l’on retrouve au plan local.

Dans notre « Expression » du 25/10/2017 nous exprimions notre inquiétude sur la libre administration des communes. Le gouvernement conditionnant dès l’année 2018 les dotations versées aux communes à l’engagement de baisser les dépenses de fonctionnement. (Personnel, entretien du patrimoine etc.) et de plafonner leurs possibilités d’endettement.

La Métropole, étant également impactée, entend rediscuter le pacte financier fiscal adopté fin 2015 avec les différentes communes de la Métropole et remettre tout à plat.

Sans attendre le résultat de ces discussions et leurs conséquences pour la ville de ST Médard, Mr Mangon par l’intermédiaire de l’adjoint aux finances nous informe d’une possible contractualisation avec l’Etat en s’engageant à limiter la hausse des dépenses de fonctionnement à 1,2% pendant 3 ans sans en connaitre précisément les contre parties.

Et pourquoi pas une mise sous tutelle de la ville ?

Les orientations gouvernementales ne sont pas propices comme nous l’avons démontré à un élan envers les plus démunis.

S’aventurer dans cette voie c’est pratiquement condamner la ville à l’anémie sociale et à plus ou moins long terme (voire à l’immédiateté) à la privatisation des services municipaux.

Pour autant nous serons toujours assujettis à l’impôt, non plus pour que la ville assume ses missions essentielles mais pour arroser des prestataires de services.

Donc quel est le véritable rôle d’un Maire ?

Cela nous pose question : soit c’est un super chef de service gestionnaire et sans affect soit c’est un responsable politique soucieux des besoins de ses administrés et capable d’imposer d’autres choix que ceux dictés par le gouvernement et ses adeptes.

Nous n’avons pas besoin d’un inaugurateur de chrysanthèmes (comme disait De Gaulle) mais d’une ligne de transport efficace entre Bordeaux et Lacanau, de logements sociaux à hauteur de la loi, de moyens supplémentaires pour le CCAS en terme de budget et d’assistantes sociales, d’un centre de santé à la hauteur des besoins, de crèches publiques etc……

C’est le point de vue des communistes et nous en sommes fiers…….


2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Gratuité des masques

COVID19 : la protection de la santé est une obligation constitutionnelle. Alors que le confinement venait d’être suspendu, les autorités, suivant en cela les professionnels de santé, imposent le port

Gratuité des masques

COVID19 : la protection de la santé est une obligation constitutionnelle. Alors que le confinement venait d’être suspendu, les autorités, suivant en cela les professionnels de santé, imposent le port

© 2023 Tendances Entreprises. Créé avec Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now