© 2023 Tendances Entreprises. Créé avec Wix.com

"Un toit pour tous"...

30/11/2018

 

 

Il y a peu le patron de l’urbanisme métropolitain, J Mangon comme le présente le journal La Tribune larmoyait sur une métropolisation qui allait provoquer de l’éviction sociale.

 

La faute à une absence de régulation du prix du foncier et il compte pour résoudre cette situation sur la philanthropie de la Fédération des promoteurs immobiliers. Selon lui celle-ci se serait engagée à réduire de 40% le prix du foncier. Une annonce guère convaincante !!!! Il est vrai que le maire s’est fait élire en agitant le chiffon rouge du prétendu bétonnage de la ville par la précédente municipalité avec dans le viseur le logement social. Ne serait-il pas plus juste de penser que la population qui habite dans ce secteur l’indispose et ne répond pas à ses objectifs : Une ville sans pauvres.

 

 

Le traitement et l’accueil de la municipalité faits à la soixantaine de sans-abris sur notre commune porterait à le croire.

 

Comment peut-on parler d’occupation illégale, de violation manifeste du principe fondamental de la propriété privée alors que ces maisons sont inoccupées et à l’abandon bientôt propriétés de la ville et promises à démolition ?

Comment peut-on s’opposer à un vœu de l’ensemble des oppositions réclamant une démarche de solidarité de la part de la ville envers ces gens sans toits ?

 

Le devoir de solidarité doit s’imposer dans de telles circonstances. C’est en ce sens qu’ont agi les maires de Montreuil et de Gardanne soit en réquisitionnant un bâtiment appartenant à l’Etat pour y loger les habitants d’un foyer insalubre, soit en investissant et en aménageant le carreau d’une ancienne mine pour y installer des caravanes de Rom en errance.

Le devoir de solidarité ne semble pas effleurer la majorité municipale qui crie à la récupération politique !

 

Avoir un toit est un droit constitutionnel. Pour qu’il soit respecté il faut une politique en adéquation avec les besoins des populations dans toute leur diversité.

En France, 4 millions de personnes sont mal logées, 1,8 millions attendent un logement social environ 500 demandes de logement à loyer modéré sont enregistrées en permanence à Saint Médard, 30 000 dans l’agglomération.

 

Saint Médard a du mal à atteindre le taux légal de 25% d’ici 2025(18%) !!!!!!  Un comble pour l’élu métropolitain en charge du logement.

 

Un effort particulier doit être fait pour le logement de jeunes adultes .En effet la résidence des jeunes baptisée à tort Lionel Lhomme (c’était à la demande unique et forte des élus communistes dès leur deuxième mandat 1995) est largement insuffisante.

 

A Saint Médard comme ailleurs seules 28% des personnes entre 18 et 30 ans, n’ont jamais quitté le domicile familial. Si ces derniers sont bloqués à la maison, ce n’est pas de gaité de cœur ou confort personnel !

Les deux tiers y ont songé mais ont dû y renoncer faute d’emploi stable (32%) ou de ressources financières suffisantes (40%).

Avec le carburant, le logement est un crève-budget, c’est la raison pour laquelle les communistes réclament le rétablissement de l’encadrement des loyers.

 

D’autres mesures comme le respect du droit au toit doivent s’imposer, la préemption, la dissociation du foncier du bâti en créant un organisme de foncier solidaire( OFS) permettant l’accès à la propriété aux ménages les moins aisés à un prix inférieur à celui du marché, l’OFS resterait propriétaire du terrain et seul le bâti serait vendu sur une durée allant de 18 à 99ans : Une sorte de location-vente à loyer  constant . Pour accéder à ce dispositif le barème de ressources serait proche du barème HLM.

 

Les orientations gouvernementales sacrifient le logement social. La loi de finance a ponctionné 3 milliards et demi sur la trésorerie des offices HLM pour compenser la baisse des APL, autant d’argent en moins pour construire de l’habitat nouveau, pour entretenir l’existant.

 

Plus grave encore la loi ELAN modifie les normes de construction de ces logements, elle va produire des logements low cost, avec des matériaux pas chers, à l’isolation aléatoire.

 Une aberration au regard du discours sur les logements énergivores du ministre de l’écologie.

Les appartements construits aux normes handicap passent de 40% à 10% !!!!!!

Le concours d’architecte saute et avec lui la garantie d’une certaine qualité du bâti.

 

Pas de quoi arrêter l’exclusion sociale d’autant que certains maires trainent les pieds pour la construction et la rénovation des HLM dans leurs communes pour le plus grand bonheur des bailleurs privés.

 

Les communistes  locaux sont résolus à poursuivre  et intensifier leur campagne sur la nécessité développée pendant les 2 élections municipales précédentes au niveau du canton d’un logement social de haut niveau  pour atteindre au plus vite les 25% afin de rééquilibrer l’offre en faveur des classes populaires.

Please reload

Posts Récents
Please reload

Par Tags
Please reload

Nous Suivre
  • Facebook B&W
  • Twitter B&W
  • Google+ B&W
  • YouTube B&W
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now