© 2023 Tendances Entreprises. Créé avec Wix.com

"...Emportés par la foule..."

11/01/2019

 

 

A force d’égrener tous les samedis la baisse du nombre de manifestants, le gouvernement a fini par croire aux discours qu’il adresse au Pays pour discréditer le mouvement des gilets jaunes.

Mal lui en a pris !!!!

 

La colère est trop grande pour que les effets d’annonce de mesurettes homéopathiques calment ou ne transforment en énergie du désespoir les aspirations des gilets jaunes (et plus largement les couches populaires et moyennes les plus touchées) au mieux vivre, à leur part de bonheur comme le démontrent les sondages.

 

La protestation s’est ancrée au cœur de la population. Le gouvernement a beau monter en épingle les violences de petits groupes pour salir le mouvement en donnant l’image de classe dangereuse, la mayonnaise ne prend pas !!!!!

 

« Cette violence reste minoritaire mais non marginale, elle tire son origine de la violence de la vie de gilets jaunes, des humiliations que Macron leur a infligés, du décalage entre leur condition d’existence et l’étalage ostentatoire de luxe et surtout de la violence provocatrice de la police » observe un analyste communiste dans le supplément du journal L’Humanité du 9 janvier.

 

Il faudra bien un jour qu’une commission parlementaire, mais également la Ligue des droits de l’Homme, Amnistie internationale se penchent sur l’origine de ces violences et de l’utilisation à l’excès de l’arsenal répressif, (flash Ball, lancer de balles de défense, de grenade de désencerclement, de gaz offensifs, de blindés). Des records ont été battus en la matière.

Leurs effets : mains arrachées yeux éborgnés, fractures, traumatismes crâniens et la liste n’est pas exhaustive, sont insupportables comme les appels à tirer dans la foule de Luc Ferry.

Aux discours de peur du gouvernement qui s’invente des bandes de factieux, à l’instrumentalisation qu’il organise, des milliers de femmes ont répondu dimanche en défilant pacifiquement mais avec détermination.

 

« Les ronds-points ont sauvé la démocratie Il s’y est reconstruit l’estime de soi, l’estime populaire des méprisés » déclare le sociologue W Pelletier.

 

Nombre des revendications portées sur les ronds-points pourraient ranimer la flamme de la justice sociale et de la solidarité : du rétablissement de l’ISF à la défense des services publics, de l’augmentation des salaires, des pensions et des minimas sociaux à l’aspiration d’une réelle démocratie.

 

Si jusqu’à présent les gilets jaunes se veulent apolitiques et font preuve de défiance à l’égard des syndicats, il faudra dépasser ce malentendu pour faire céder un gouvernement qui par expérience sait que seule la division limite l’impact de la lutte sociale et la voue à l’échec.

Gilets jaunes et Syndicats vont être confrontés aux prochaines attaques contre la Sécurité Sociale, les services publics et leurs personnels.

 

Nous aussi, d’expérience nous savons que si le mouvement ne s’étend pas aux entreprises, le gouvernement pourra rester droit dans ses bottes.

 

Perce chez Macron l’objectif de détourner la revendication du RIC portée par les droites et sur les réseaux sociaux pour imposer sa réforme des institutions limitant encore davantage le pouvoir du peuple. Le pays réclame plus de démocratie et lui, il réduit les contres pouvoirs que sont les parlementaires, il impose la dynastie de l’argent (Actuellement aucun ouvrier ne siège à l’assemblée nationale faute de statut de l’élu et n’est donc pas considéré comme faisant légitimement partie de la représentation nationale. En effet un ouvrier qui perd son siège de député ne retrouve pas son travail) Il renforce le pouvoir de l’exécutif (l’Etat c’est moi comme disait Louis XIV).

 

Le grand débat n’a pas encore commencé qu’il annonce qu’il n’y aura pas de changement de cap !!!

Déjà, Clémenceau en son temps déclarait : Quand je veux enterrer un problème, je crée une commission !!!!!!

La Cinquième République, ses institutions au service du capital sont à bout de souffle.

« Le capitalisme ultra libéral et financier, c’est fini »aveu explicite de Macron

 

C’est la raison pour laquelle les Communistes ont été les premiers à en appeler à une Sixième République.

 Par conséquent nous ne laisserons pas Macron transformer le débat national en un pseudo plébiscite de sa politique. Nous allons œuvrer pour que le pouvoir d’achat, les retraites, la Sécurité sociale, ces questions fortes et prédominantes, ne soient pas diluées et le débat pollué par des questions identitaires et d’exclusion.

 

Nous contribuerons au débat avec nos propres propositions. Pour ce faire, dans un premier temps, nous allons poursuivre la signature de notre pétition et travailler aux modalités de notre participation au débat pour répondre positivement et concrètement aux questions posées par la population.

 

« L’heure n’est plus à la fin de l’histoire mais à son réveil » déclare le philosophe A Badiou.

ILqualifie ces temps forts des mouvements sociaux d’émeutes latentes. Tout mouvement est promis à l’insuccès s’il ne parvient à tirer sa force d’une idée fédératrice.

 

Macron ne voit dans le mouvement que des foules haineuses, qu’il prenne garde que ces foules ne l’emportent.

Please reload

Posts Récents
Please reload

Par Tags
Please reload

Nous Suivre
  • Facebook B&W
  • Twitter B&W
  • Google+ B&W
  • YouTube B&W
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now