© 2023 Tendances Entreprises. Créé avec Wix.com

ENJEUX EUROPEENS et ENJEU LOCAL

13/04/2019

 

Renaissance, voilà un mot qui doit être compris dans l’esprit tant de Mangon, que de Macron comme un retour à l’ordre ancien, une fausse modernité : un temps où les services publics n’existaient pas.

 

Mangon pourra toujours se glorifier que « pendant son bail municipal » les services publics auront quasiment disparus.

Sa priorité aura été une allégeance remarquée aux initiatives privées. Si l’opposition municipale pense que le projet mal nommé est le gage donné à la Métropole pour l’arrivée du tram, les communistes sont persuadé que l’hyperurbanisation était déjà dans les cartons du candidat Mangon bien avant son élection.

Le tram est le produit d’appel pour la construction d’immeubles de rapport, sa présence à la tête de l’organisme maitre d’d’œuvre métropolitain n’est pas un hasard.

 Il est à noter que le logement social est le parent pauvre de cette renaissance alors que les besoins en la matière sont criants.

 

 

« Si être un élu local se résume à occuper un fauteuil et gérer les affaires courantes, un fonctionnaire ferait aussi bien l’affaire » déclare t’il. C’est la raison sans doute qui l’a conduit à soumettre la maitrise de ses propres défenses de fonctionnement à l’Etat, entrainant ainsi une restriction de l’emploi public et à se livrer à la privatisation des services relevant du service public.

 Saint Médard n’a pas besoin d’un courtier en immobilier !!!!!!!

 

L’idéologie de la baisse de la dépense publique sauf quand elle est au service de la finance qu’il partage avec Macron a des conséquences lourdes sur l’emploi, les équipements et les services publics.

Elle s’inscrit dans la droite ligne de l’austérité budgétaire imposée par le traité de Maastricht. La règle de 3% appliquée avec zèle par l’Etat aux collectivités territoriales pour réduire le fameux déficit public bloque l’investissement public (-15% sur le mandat 2014-2020 par rapport au mandat 2008-2014) Or il est reconnu que ces investissements ont un effet multiplicateur, c’est-à-dire qu’il crée des richesses supérieurs aux dépenses engagées.

C’est pourquoi avec notre candidat Ian Brossat aux élections européennes tout en continuant de nous fixer l’objectif d’en finir avec le dogme de la limitation du déficit public à 3% du PIB, nous menons campagne pour dans l’immédiat exclure tous les investissements publics des collectivités territoriales du calcul des déficits et de la dette publique.

 

Le « toujours moins » que perpétue notre Président de la finance a pour conséquence directe 120000 suppression d’emploi dans la fonction publique et met à mal notre économie car on remarque que la baisse incessante de la dépense publique correspond à une période de très faible croissance donc une création de richesses insuffisante ne permettant pas de s’attaquer à la précarité et au chômage

 

La dépense publique est une conception vertueuse de l’utilisation de l’argent. C’est utiliser l’argent pour les besoins humains et écologiques et ainsi empêcher qu’il alimente la spéculation et la flambée des dividendes.

 

Lutter contre l’évasion fiscale doit être une priorité absolue de l’Union Européenne, cette forme de délinquance majeure lui coute 1000 milliards par an soit six fois son budget annuel et à la France 90 milliards soit 4% du budget total de ses collectivités territoriales.

 

Bercy a créé un observatoire de la fraude fiscale. A ce jour, le seul candidat à ce poste est le sénateur communiste Éric Bocquet mais il attend toujours sa lettre de mission pour mettre un terme à ce vol qualifié et organisé dans l’Union. Autant d’argent qui pourrait être redistribué dans nos territoires pour répondre aux besoins des Français y compris à Saint Médard en Jalles

 

De cela, notre maire ne semble pas en faire son cheval de bataille. La preuve : au lieu de multiplier les initiatives publiques, il s’enorgueillit de création d’école et de collège privé, d’Ehpad  privé, d’un reposoir privé et nous n’avons encore pas fini d’en voir !!!! …Du privé !.

 

Par contre on en est toujours pas à 20% de logements sociaux, et on supprime des postes de personnel municipal .Mais le privé n’a pas d’obligation en matière de tarification ainsi un Ehpad tel que Simone de Beauvoir coute aux familles environ 2000 euros, un Ehpad privé en moyenne le double. L’école publique est gratuite et donc accessible à tous, une école privée, ce n’est pas la même chose d’autant que les collectivités publiques utilisent une partie de leurs fonds propres pour les dépenses de fonctionnement de ces établissements.

 

Cette politique participe d’une augmentation des inégalités dans notre commune, d’une fustigation des services publics, d’une discrimination vis-à-vis des gens de peu de moyens au profit d’une classe plus aisée, préférant l’entre soi pour laquelle il construit sa Renaissance reléguant les autres dans la périphérie des quartiers traditionnels.

 

C’est dans ce sens que les communistes proposent de remettre en valeur la « Charte de l’autonomie locale » adoptée par le Conseil de l’Europe, pour dénoncer les réformes institutionnelles en cours en France.

 C’est un traité international en vigueur depuis 1988 et ratifié par la France en 2007, basé sur le respect des différents modes d’organisation locale des états membres et sur le principe de subsidiarité, qui vise à faire exercer les compétences le plus près possible des citoyens. Ces principes étant contraignants pour les états signataires du texte, les dernières réformes institutionnelles françaises qui reviennent sur cet acquis (loi Notre, loi MAPTAM) peuvent être considérées comme des violations d’un traité reconnu par l’Etat lui-même.

Please reload

Posts Récents
Please reload

Par Tags
Please reload

Nous Suivre
  • Facebook B&W
  • Twitter B&W
  • Google+ B&W
  • YouTube B&W
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now